Glossaire

Cliquez sur les groupes de lettres ci-dessous pour accéder aux définitions.

Ménopause

Période marquant la cessation de l'activité ovarienne chez la femme.

Exercices d'entraînement du périnée

Exercices qui impliquent la contraction et le relâchement des muscles du périnée (plancher pelvien). L'objectif est de renforcer ces muscles pour permettre une fermeture plus efficace au niveau de l'urètre.

Incontinence d'effort

Fuites urinaires survenant lors d'un effort physique soudain, comme tousser, éternuer, rire, faire de l'exercice ou soulever un objet lourd. Il ne s'agit généralement que de quelques gouttes et le problème est souvent lié à un affaiblissement des muscles du plancher pelvien.

Vessie hypoactive

Une vessie hypoactive retient beaucoup plus d'urine que la normale. Et comme vous ne sentez pas quand votre vessie est pleine, vous perdez de petites quantités d'urine à mesure que la pression de la vessie augmente.

Miction

L'acte d'uriner (évacuer l'urine, laisser l'urine s'écouler)

Prostate

Glande de l'appareil génital masculin, située autour de la partie initiale de l'urètre et en dessous de la vessie. Elle produit une sécrétion au moment de l'éjaculation. Il peut arriver, avec l'âge, que cette glande grossisse au point d'obstruer le tube urinaire. Cela se manifeste notamment par un faible écoulement d'urine.

Enurésie

L'énurésie désigne l'émission involontaire et inconsciente d'urine. Lorsque cela se produit la nuit, pendant le sommeil, on parle d'énurésie nocturne.

Incontinence par impériosité

Egalement appelée vessie hyperactive, c'est le type d'incontinence le plus courant chez l'homme. Vous ressentez un besoin pressant d'uriner et la vessie libère involontairement de l'urine. Cela est souvent dû à une perturbation des signaux nerveux entre la vessie et le cerveau, perturbation elle-même généralement liée à une prostate gonflée ou aux séquelles d'une opération de la prostate.

Il se peut aussi que vous ayez besoin d'uriner plus fréquemment que les 4 à 8 fois par jour habituelles, et peut-être aussi la nuit. Cependant, dans certains cas, vous pouvez « entraîner » votre vessie à uriner moins fréquemment et à éviter de le faire la nuit.

Incontinence mixte

Comme le nom l'indique, il s'agit de symptômes mixtes. Ils associent généralement une incontinence d'effort et une incontinence par impériosité. Si vous êtes concerné par ces deux types d'incontinence, vous remarquerez généralement que l'un est plus problématique que l'autre. C'est pourquoi nous vous recommandons de privilégier dans un premier temps le symptôme que vous présentez le plus.

Fuites urinaires

Difficulté à contrôler la vessie susceptible d'entraîner des pertes involontaires d'urine.

Muscles pelviens

Les muscles du plancher pelvien forment une sorte de large sangle entre vos jambes, entre le pubis devant et la base de la colonne vertébrale à l'arrière.

Pertes urinaires post-miction

Ce type de fuites survient quand la vessie ne se vide pas totalement et que l'urine continue de s'écouler après la miction. Ce trouble s'observe également fréquemment lorsque la prostate est enflée ou que les muscles du plancher pelvien sont affaiblis.

Troubles de la vessie dus à une maladie neurologique

Les lésions nerveuses liées à certaines maladies sont susceptibles d'affecter la communication entre le cerveau et la vessie. La personne est alors incapable de contrôler sa vessie ou de la vider complètement.

Incontinence fonctionnelle

Il s'agit de l'incapacité d'atteindre les toilettes à temps en raison de difficultés liées à une maladie physique ou mentale.

Incontinence par regorgement

Il s'agit d'un écoulement d'urine constant ou épisodique, généralement provoqué par une obstruction ou une lésion nerveuse.